Nouveaux collaborateurs

Les employeurs assument leurs responsabilités (RSE)

Vous prenez au sérieux vos responsabilités sociales et pour vous le thème de la réinsertion est plus qu'un simple slogan? L'engagement social et la satisfaction des collaborateurs vous semblent stratégiquement tout aussi importants que l'optimisation de la productivité? Vous prenez au sérieux la question de la responsabilité sociale et le thème de la réinsertion? Toutes ces exigences peuvent fort bien se marier les unes aux autres. Diverses enquêtes et études montrent que les entreprises qui se mobilisent pour des valeurs sociales travaillent aussi de manière plus productive dans la durée. La mixité sociale favorise la loyauté interne et diminue les fluctuations du personnel.

Le réinsertion professionnelle de personnes atteintes dans leur santé est une tâche sociale importante et exigeante. Avoir un travail est une garantie de revenu personnel, procure reconnaissance et estime et contribue à l'intégration du sujet dans la société.

Pour une entrée réussie des jeunes en situation de handicap dans le monde du travail

Année en Suisse, 2'000 jeunes sont empêchés d'accéder au marché du travail en raison de troubles physiques ou psychologiques, ce qui a pour conséquence de les rendre dépendants d'une rente AI. Alors que, d'une manière générale, le nombre de nouveaux bénéficiaires de rentes AI a diminué de moitié ces dix dernières années, celui des jeunes rentiers de l'AI s'est maintenu à haut niveau.

Un rentier AI sur sept est âgé aujourd'hui de 18 à 24 ans seulement. Le nombre élevé de jeunes dans cette situation est préoccupant, car il arrive souvent qu'ils aient ensuite à dépendre toute leur vie durant de prestations sociales, sans jamais pouvoir mettre leur potentiel en valeur sur le marché du travail. Alors que la transition entre l'école et la formation fonctionne bien le plus souvent, l'étape suivante, celle de l'accès au monde du travail s'avère parfois difficile pour les jeunes et leurs employeurs. Désireuse de voir les jeunes atteints dans leur santé s'intégrer avec succès dans la vie professionnelle, l‘association Compasso, en collaboration avec les représentants du secteur privé, les partenaires du système et les personnes concernées, a dressé un état des lieux pour la Suisse et identifié quatre champs d'action et huit mesures concrètes:

L'accompagnement vers la vie active
Pour les personnes atteintes et leurs parents, il est essentiel de pouvoir compter sur un accompagnement fiable et uniforme du processus. Ce soutien doit commencer au stade du choix de la profession, lors des deux dernières années scolaires, et prendre fin uniquement lorsque le passage de la formation à la vie active s'est concrétisé de manière concluante et durable. Les employeurs ont des besoins du même ordre : pendant tout le processus, ils comptent sur un soutien fiable qui les aide à traiter efficacement avec les jeunes gens en situation de handicap. Même dans la phase où ceux-ci cherchent à prendre pied dans le monde du travail, les employeurs doivent pouvoir obtenir, si nécessaire, un soutien ciblé pour garantir le succès de l'insertion professionne.

 

Assurer l’accompagnement et le financement du processus via la Gestion de cas Formation professionnelle au niveau cantonal.

Assurer l'accompagnement du processus et son financement depuis le stade du choix de carrière jusqu'à l'entrée dans la vie active.

Rendre les aptitudes bien visibles

Les jeunes adultes en situation de handicap ont des aptitudes spécifiques. Pour eux comme pour leurs employeurs potentiels, il est particulièrement important d'identifier ces compétences, de même que leur capacité à supporter les exigences du milieu professionnel. C'est à cette condition seulement que le potentiel des cours de formation peut être idéalement mis en valeur. Il faut donc recourir à des instruments reconnus permettant une évaluation réaliste des compétences et aptitudes acquises par rapport aux exigences de la place de travail. Les stages en entreprise, notamment, améliorent les chances des jeunes adultes suivant une formation dans un établissement de s'insérer sur le marché du travail, car ils débouchent sur des expériences pratiques fournissant de précieuses indications sur les possibilités de ces jeunes face aux impératifs du poste de travail.
 

Poursuivre le développement des instruments pratiques existants et expliciter les compétences acquises ainsi que l'aptitude à travailler sous pression en fonction des exigences du poste et des conditions-cadre.

Encourager la formation dans les institutions liées à des stages sur le marché du travail primaire.

Compléter l’état des lieux

Actuellement en Suisse, de nombreuses ressources sont investies dans l'accompagnement et la formation des jeunes adultes handicapés. Des données largement reconnues sur les effets de ces prestations en matière d'intégration font toutefois défaut. Pour combler cette lacune, il faut pouvoir disposer de chiffres et de données fiables sur les rapports entre les efforts déployés et leurs résultats.
 

À l’intention des praticiens, montrer sur le site Compasso divers exemples réussis et donc concrets d’intégration professionnelle initiale.

Améliorer les statistiques en collectant et en communiquant des données sur les interdépendances liées à l'intégration professionnelle initiale.

Créer des conditions générales intéressantes

Tant au niveau cantonal que national, il est indispensable de mettre en place de meilleures conditions-cadre pour répondre aux attentes pressantes en matière d'insertion professionnelle des jeunes gens atteints dans leur santé. Ce qu'il faut par dessus tout, ce sont des incitations positives. Actuellement, par exemple, les jeunes adultes dans cette situation ne sont guère encouragés à augmenter leur productivité ou leur charge de travail, puisque la hausse correspondante du revenu est souvent inférieure à la baisse de rente partielle qui en résulte et qu'il leur reste ainsi moins d'argent en poche à la fin du mois. Les incitations négatives de ce type doivent être éliminées, en particulier dans le cadre de la LAI, et les incitations favorables à l'insertion professionnelle au contraire renforcées, à partir d'un réexamen des conditions actuelles d’octroi des rentes.
 

Développer les incitations dans le cadre de la coopération entre partenaires sociaux ainsi qu’à l’échelle des branches, en soutenant les efforts visant l'intégration professionnelle initiale des jeunes en situation de handicap.

Étude Compasso "Pour une entrée réussie des jeunes en situation de handicap dans le monde du travail"