Ports rhénans suisses (SRH)

Logistique
Suisse du nord-ouest

Comment s’est déroulée l’intégration? (point de vue de l'employeur)

Nous avons toujours eu à cœur d'intégrer des personnes atteintes dans leur santé de la même façon que tous les autres employés. Avec Impulse, nous avons eu le sentiment d'avoir trouvé le bon partenaire, qui nous soutiendrait et nous conseillerait en cas de besoin et qui, dans le cas de Mme Martin, nous aiderait aussi à trouver un intermédiaire. Madame Martin avait un CV très intéressant et bien adapté aux besoins de la société Ports rhénans suisses. Un grand défi a été l'intégration linguistique (allemand).

Comment s’est déroulée l’intégration? (point de vue de l'employée)

Madame Martin: Je travaillais comme responsable des ventes dans une entreprise espagnole. Après 3 poussées de SEP, je ne pouvais plus faire la même chose car ces attaques me laissaient des séquelles importantes. Le service social de l'hôpital universitaire m'a mise en contact avec le SVA (service d’assurances sociales) pour trouver une occupation adaptée à mes limitations. Le SVA m'a beaucoup aidée et a contacté Impulse, qui m'a proposé l’employeur SRH. Indépendamment de la motivation financière évidente, ce travail m'a permis de me réintégrer dans la société et m'a redonné le sentiment d'indépendance auquel j'aspirais. Mon nouvel emploi m'a permis de relever des défis qui m'ont fait grandir après une longue période d'exclusion.

Fin 2020, Madame Martin a débuté un stage de réadaptation de plusieurs mois aux Ports Rhénans Suisses. Pour elle, c’était un premier pas vers le retour au marché du travail primaire. Depuis mai 2021, elle travaille à 50% comme collaboratrice de projet dans le domaine des finances, du personnel et des services et participe même désormais à des projets locaux en langue allemande.

Madame Martin a été assistée par un coach proposé par le SVA Bâle-Campagne. Dans un premier temps, le SVA a pris contact avec l'association Impulse. C'est par ce biais que la candidate a été mise en relation avec l'association suisse. Elle a été accompagnée par le SVA Bâle-Campagne et le coach tout au long du processus.

Expérience personnelle (point de vue de l'employeur)

Il n'y a pas eu de grands défis. Au début parfois, nous avons dû plutôt freiner Madame Martin pour qu'elle ne se surmène pas. L'intégration linguistique reste toutefois un point sensible. Une communication ouverte avec la personne en réinsertion, tout comme au sein de l'équipe, est essentielle. Si la direction de l’entreprise et tous les collaborateurs concernés sont bien informés et impliqués, la compréhension et le soutien apportés à la personne sont automatiquement beaucoup plus grands à tous les niveaux.

Expérience personnelle (point de vue de l'employé)

Le plus grand défi a été d'accepter mes nouvelles limites et de m'y adapter. Je dois être consciente de ce que je peux faire et de ce que je ne peux pas faire. Je l'avais déjà fait dans le cadre domestique, je devais maintenant le faire dans un environnement professionnel. Comme vous ne pouvez progresser que par la méthode des essais et des erreurs, il faut que votre environnement humain soit très patient et flexible. À la SRH, j'ai non seulement trouvé une équipe chaleureuse qui m'a accueillie de la meilleure façon, mais aussi de petits défis qui m'ont encouragée à essayer et à grandir. On ne peut pas s’imaginer à quel point j’ai été reconnaissante de ne pas être cataloguée comme quelqu’un qui «ne pourra pas le faire».