Compasso

Zürcher Kunstgesellschaft

Historique de l'insertion professionnelle initiale. Point de vue de l'employeur

Madame S. nous a fait d'emblée une bonne impression et nous a convaincus par sa convivialité qu'elle était un bon choix, malgré son handicap pourtant non négligeable pour le secteur informatique. Par des exemples concrets, elle a su dissiper nos craintes initiales quant à la possibilité que sa mauvaise vue puisse poser des problèmes plus ou moins importants dans divers domaines d'intervention. Une journée d'essai a certainement joué aussi un rôle utile en nous permettant de nous faire une idée convaincante de la situation.

Historique de l'insertion professionnelle initiale. Point de vue de l'employée

Après avoir terminé ma formation d'informaticienne CFC à la Band-Genossenschaft en juillet 2018, je n'ai jamais douté que je trouverais un emploi. Je me suis tournée vers le marché du travail ordinaire et j'ai postulé au Kunsthaus de Zurich, en réponse à une annonce. Le Kunsthaus a dès le début manifesté son intérêt. Au téléphone, le responsable des ressources humaines m'a posé quelques questions sur la façon dont je pourrais accomplir, avec quels moyens auxiliaires le cas échéant, certaines tâches de mon travail en raison de ma déficience visuelle. Cette conversation a été suivie d'entretiens de présentation, puis d'une embauche. Je suis maintenant responsable de l'équipement technique Information et Communication au Kunsthaus de Zurich.

Formation professionnelle de base chez Band

Mme S. a fait une demande d'apprentissage en informatique (IN) dans notre société coopérative Band. Elle nous a convaincus lors de l'entretien et nous l'avons invitée à une semaine de stage. A cette occasion, les formateurs professionnels du département IN ont vérifié ses aptitudes et compétences sociales. Sur la base de ses résultats concluants, nous avons pu signer un contrat d'apprentissage avec Mme S. comme le veut la règle, elle a également effectué une période probatoire de trois mois. En 2018, au bout de quatre ans, elle a terminé avec succès son apprentissage, sanctionné par un CFC d'informaticienne. Durant tout ce temps, elle a suivi le cours de base de la coopérative Band et effectué des stages à l'extérieur.

Soutien de l'AI

L'AI a financé la formation professionnelle, l'hébergement au foyer Acherli, les aides nécessaires et la coopération avec l'école pour aveugles de Zollikofen. A sa charge également, la compensation des désavantages liés à l'organisation des examens dans les matières scolaires générales et professionnelles, ainsi que le supplément de temps de 50% pour les périodes et les tâches d'examen.

Défis et recommandations de l’employeur

L'obstacle initial était assurément de comprendre la situation et d'avoir une idée de l'impact sur le travail quotidien. Après les quatre premières semaines, je peux dire que, de mon point de vue, cela dépend beaucoup de l'individu. Si une personne diminuée a déjà appris à faire face à des situations diverses et à trouver la meilleure façon de s'en sortir, cette aptitude sera d'une importance décisive. Il en va autrement si elle tend à considérer son handicap comme une excuse. Il faut donc un peu plus de temps, au début, pour saisir les aspects visuels de la situation, mais avec l'expérience accumulée et la connaissance du milieu, les mêmes points d'aptitude se dessinent au premier plan, comme pour toute autre personne.

Expérience personnelle de Madame S.

Le plus grand défi est l'assistance aux utilisateurs sur site. Pour cela, j'ai besoin à chaque fois de la loupe d'écran Windows, ou bien, si je sais exactement comment accéder à quel menu, je peux aussi le faire avec l'utilisateur. Lorsque j'annonce clairement que je souffre d'un handicap visuel, mes clients ainsi avertis font preuve de compréhension. Une autre difficulté est le branchement et le débranchement des câbles (du réseau). J'utilise alors la caméra de mon téléphone portable et je prends une photo de l'étiquette de la prise.
Transmettre