Compasso

Le président du Comité consultatif Rudolf Stämpfli se présente

Compasso: M. Stämpfli, quel a été, en deux mots, votre parcours professionnel ?
R. Stämpfli : J'ai étudié l'économie d'entreprise et la recherche opérationnelle à Berne et à Saint-Gall, jusqu'à l'obtention de mon diplôme de docteur en économie HSG. Mon frère et moi dirigeons l'entreprise familiale Stämpfli Gruppe AG à Berne depuis 1988, en tant que représentants de la sixième génération. Cette société travaille dans le domaine des publications électroniques et imprimées, de même que dans l'édition. De 2003 à 2011, j'ai présidé l'Union patronale suisse, organisation faîtière des employeurs suisses.

Compasso: Qu'est-ce qui motive votre action en tant que président du Comité consultatif de Compasso ?
R. Stämfpli : Dans leurs relations avec leurs employés, des défis de toute sorte se posent aux patrons. Les questions de partenariat social ne sont pas les seules qui aient de l'importance. Il s'agit aussi d'assumer ses responsabilités à l'égard du vivre ensemble. Le souci d'intégrer divers groupes ayant des exigences particulières joue à cet égard un rôle non négligeable. Il faut rendre l'intégration possible en sachant aplanir les obstacles qui se présentent pour les deux parties.

Compasso: Dans votre position d'entrepreneur, quels conseils concrets donnez-vous aux autres employeurs en matière d'intégration professionnelle ?
R. Stämfpli : Il ne peut y avoir de solution unique. Chaque cas est particulier, ce qui rend toujours la tâche difficile. Au sein de l'entreprise, il faut des interlocuteurs qui veulent se mobiliser pour cet objectif. De toute façon, un soutien professionnel est nécessaire pour assurer un encadrement efficace. Pour chaque cas d'intégration réussie, j'ai toujours observé une énorme satisfaction parmi les acteurs impliqués.
(30.01.2019)
Transmettre