Compasso

Swisscom SA

Historique des faits, employeur Swisscom

Les personnes atteintes d’autisme sont souvent intelligentes, bien qualifiées et dotées d’une bonne capacité de concentration. Elles suivent leur objectif de façon déterminée, ont une approche logique et sont concentrées. Autant d’aptitudes qui sont très recherchées pour une entreprise comme la nôtre, notamment pour les tests IT et le développement de logiciels. Nous avons connu Monsieur G. lors de la collaboration avec Specialisterne SA et grâce à son engagement auprès d’autismuslink. La fondation suisse autismuslink promeut l’intégration des autistes. Nous avions eu une première expérience dans ce domaine en 2013 lorsque nous avons employé des apprenants atteints du syndrome d’Asperger. Avec l’appui deMonsieur G. , nous avons acquis un savoir important sur l’intégration des professionnels expérimentés souffrant d’autisme. Monsieur G. nous a d’emblée séduits par son approche ouverte, sincère et directe.

Historique des faits Monsieur G., employé

Auparavant, j’ai travaillé plusieurs années pour la fondation autismuslink. Aujourd’hui, je fais tout autre chose. Au lieu de travailler avec des personnes, je conçois des logiciels.

Processus d'intégration

Au cours de la première année, Monsieur G. a été encadré par un coach d’autismuslink. Pendant le premier semestre, le supérieur, Monsieur G. et le coach se sont réunis chaque mois pour un entretien de suivi. Puis les réunions sont passées à un rythme d’une fois tous les deux mois. Aujourd’hui, plus d’un an après l’engagement de Monsieur G., le suivi est beaucoup plus espacé. Les entretiens sont l’occasion d’aborder les progrès réalisés dans le travail et de faire le point sur l’intégration sociale au sein de l’équipe et de Swisscom. Ce mode de feedback offre une grande souplesse de réaction. Nous avons ainsi beaucoup avancé et avons surtout appris qu’il en fallait très peu pour surmonter les obstacles, notamment dans la communication ou la collaboration. Il suffit souvent de légers ajustements pour résoudre un problème et améliorer la situation.

Soutien par un coach d’ autismuslink

Au départ, un coach était présent. Mon supérieur et moi-même pouvions nous adresser à lui. Puis après quelques mois, cela n’était plus nécessaire car plusieurs ajustements avaient été effectués sur le poste de travail et dans les missions à réaliser. Sur mon poste, il n’y a pas de lumière directe. Cela peut paraître mineur comme changement, mais pour moi c’est une grosse amélioration, essentielle même. Mais le plus important, c’est de bien comprendre que je ne suis pas comme les autres membres de l’équipe. Tout cela m’a permis de mieux m’intégrer chez Swisscom au cours des 12 derniers mois, ce qui n’était pas simple au début. Comme je l’ai dit, la compréhension est capitale pour moi. Mais aussi la volonté de ne jamais renoncer. J’ai sollicité du soutien dans les périodes les plus difficiles afin de ne pas quitter Swisscom, et, au contraire, de persévérer. Et je suis toujours là aujourd’hui grâce à ceux qui m’ ont aidé.

Défis et recommandations de l'employeur

Pour les personnes atteintes d’autisme, la stabilité est un facteur essentiel, et garantir cela est évidemment un défi de taille pour une entreprise TIC agile comme Swisscom. L’environnement professionnel et social jouent un rôle décisif quant à la capacité des autistes à exprimer pleinement leurs atouts et leur potentiel. L’encadrement par un coach externe d’autismuslink s’est révélé très utile et a notamment permis de surmonter les échecs. Cela requiert de l’endurance, du courage et de l’assurance et on ne doit pas se laisser décourager par les difficultés. Il faut s’engager entièrement auprès de la personne souffrant d’autisme si l’on veut découvrir ses qualités, ses forces et ses faiblesses. Avec le temps, la confiance s’est progressivement installée, avec à la clé une nette amélioration des performances.

Expérience personnelle de Monsieur G.

Les points les plus délicats étaient clairement le trajet maison-travail, les repas à la cantine, le grand nombre de personnes à côtoyer, le bureau en open space et le travail en lui-même. Tout cela a été compliqué au départ. Est-ce que j’ai appris quelque chose? Oui, je suis capable de travailler dans un grand bureau même si ce n’est pas toujours simple. Je sais maintenant que je peux être plus flexible que je ne le pensais, ce qui n’était pas évident pour moi à l’origine. Le point positif, c’est que malgré toutes les difficultés du départ, je suis encore chez Swisscom aujourd’hui et que je compte bien y rester. Je suis également très content de faire aujourd’hui quelque chose que je n’aurais jamais imaginé pouvoir faire. Concevoir des logiciels. C’est vraiment un aspect très positif pour moi, car je me suis découvert des compétences dont je n’aurais jamais soupçonné l’existence.
Transmettre