Compasso

Notre consultant Florian Steinbacher se présente

En quelques mots, qui êtes-vous?
J'ai 47 ans et j’ai deux enfants. Après mes études d'avocat, j'ai obtenu un master en droit européen et en droit économique international puis, récemment, j’ai suivi un CAS en gestion publique. Depuis 2003, je travaille pour la Centrale de compensation et en juillet 2017, j'ai repris la direction de l'Office AI pour les assurés résidant à l'étranger. L'année suivante, j'ai été élu au Comité de la COAI, puis en mai 2019 à sa présidence.

Qu'est-ce qui motive votre engagement au sein du Comité consultatif de Compasso?
Compasso rassemble tous les partenaires clés de la réinsertion professionnelle afin d'aider les employeurs à (ré)intégrer au travail des personnes atteintes dans leur santé, grâce notamment à des conseils professionnels et à la fourniture d'outils concrets.
Pour tous les intéressés, l’objectif prioritaire consiste à maintenir les assurés sur le marché du travail ou à les aider à y prendre pied. Il est donc très important que la Conférence des Office AI puisse participer au Comité consultatif de Compasso à un niveau stratégique.


Dans votre optique de président de la COAI, quels conseils concrets donnez-vous aux employeurs en matière d’intégration professionnelle?
D’abord, celui de rester ouverts à la possibilité d'employer des personnes atteintes dans leur santé. Faute de quoi de précieuses opportunités risquent de se perdre, tant pour les entreprises que pour les demandeurs d'emploi.
Ensuite, lors d’un processus d'embauche, mettre l'accent sur les compétences plutôt que sur les limites des personnes concernées. Il s’agit d’évaluer le ou la candidat(e) sur la base de son potentiel sur le marché du travail.
(02.12.2019)
Transmettre