Compasso

Trois questions à Martin Kaiser, président de Compasso

Martin Kaiser, quel a été pour vous le point le plus marquant de 2017?
L'année 2017 a été dans l'ensemble un exercice très fructueux pour Compasso. L'effectif de nos membres s'est encore accru. Et je suis très heureux de constater que de plus en plus d'employeurs, avec d'autres acteurs encore, s'engagent activement en faveur de l'insertion professionnelle. Ma gratitude va tout particulièrement à nos sponsors et nos membres, sans lesquels il n'aurait pas été possible d'apporter des améliorations supplémentaires au système ou de réaliser de nouveaux développements. Je pense ici avant tout au lancement du profil d'intégration axé sur les ressources (PIR), qui pour moi a marqué d'une pierre blanche l'exercice 2017. Pour la première fois, les employeurs, les médecins et la Confédération ont mis au point conjointement un instrument d'intégration. Le PIR permettra d'optimiser la collaboration entre employeurs et médecins. Il jette de bonnes bases en faveur d'une insertion professionnelle plus efficace et durable, ainsi que de l'employabilité des collaborateurs. J'ai été particulièrement heureux d'observer le large écho médiatique et l'intérêt manifesté par de nombreux employeurs, médecins, organisations de réadaptation, mais aussi par plusieurs services d'aide sociale. Si tous ces acteurs décident de mettre en application l'instrument PIR, nous sommes sur la bonne voie!

Quels sont les projets prévus pour 2018?
En matière de développement professionnel, des thèmes prioritaires figurent au programme de divers groupes de projets interdisciplinaires. L'un d'eux porte sur l'optimisation de l'insertion professionnelle initiale des jeunes gens. Dans une première étape, l'analyse actuelle sera finalisée et validée. Après quoi les domaines d'activité et les mesures à prendre seront identifiés. Les éléments qui, au final, pourront en être repris et concrétisés dépendront des financements disponibles. Cette année aussi, l'accent sera mis une nouvelle fois sur la coordination entre les employeurs et les partenaires du système. Figure au programme l'élaboration d'un guide pratique pour les assureurs d'indemnités journalières, les offices AI et les employeurs, destiné à assurer une meilleure coordination des processus et à entretenir des interfaces utiles, en ciblant surtout l'intervention précoce. En fonction de la carte nationale des partenaires du système, d'autres champs d'activité pourront être identifiés en vue d'améliorer la coordination. Le PIR demeure bien sûr, lui aussi, un sujet de première importance.

Quels autres objectifs et priorités Compasso s'est-elle fixés pour 2018?
En 2017, sur la base d'entretiens, Compasso s'est employée à préciser les besoins des PME et des associations de branches pour le soutien et les offres dans le domaine de l'insertion professionnelle. Cette analyse des besoins sera bientôt terminée et, à partir des constats effectués, les premières idées de projet devront prendre corps. Là encore, toutefois, le financement n'est pas assuré pour l'instant. Après la première manifestation réussie en Suisse romande, notre objectif est d'y installer Compasso pas à pas et de l'y faire connaître toujours mieux. Des signes positifs me sont également venus du Tessin, après que nous avons publié quelques informations en italien sur notre site Internet. Je suis confiant que nous pourrons bientôt accueillir pour la première fois dans notre réseau des membres tessinois. Last but not least, en 2018 nous souhaitons aussi, bien sûr, inciter encore plus d'employeurs à rendre leur engagement au service de l'insertion professionnelle visible à la faveur d'une adhésion à Compasso.
(12.01.2017)

Transmettre