Compasso

Trois questions à Martin Kaiser, président de Compasso

Monsieur Kaiser, quel a été pour vous, personnellement, le principal temps fort de Compasso en 2018 ?
L'exercice 2018 a été couronné de succès pour Compasso. Nos effectifs ont continué d'augmenter et nous comptons à présent 90 membres. Cela montre bien qu'un nombre croissant d'employeurs, parmi d'autres acteurs, s'intéressent au thème de l'intégration professionnelle et se mobilisent pour lui. Je profite de l'occasion pour les remercier ici très cordialement pour leur engagement. Compasso ne pourrait pas exister sans ses principaux sponsors: l'Association Suisse d'Assurances ASA, Helsana, la SUVA et l'Union patronale suisse, ses autres sponsors (la Conférence des Offices AI, les CFF SA, la Coop, La Mobilière, la Poste Suisse, Sanatorium Kilchberg, Swiss Life, Swisscom SA), ni l'ensemble de ses autres membres.
Pour moi, le fait le plus marquant a été sans aucun doute la publication de notre étude "Jeunes et handicapés - pour une entrée réussie dans le monde du travail", qui dresse l'état des lieux des besoins en matière d'intégration professionnelle initiale des jeunes en situation de handicap et précise les approches nécessaires. Bien que le nombre de nouvelles rentes AI ait globalement diminué de moitié par rapport aux années 1990 pour se situer autour de 13 000 par an, il est malheureusement resté stable parmi les jeunes. Chaque année, environ 3000 personnes de moins de 30 ans sont mises au bénéfice d'une rente AI, dont les deux tiers pour des troubles psychiques. Si un jeune atteint dans sa santé peut terminer un apprentissage et s'insérer avec succès sur le marché du travail grâce à un soutien professionnel, tout le monde y trouve son intérêt: l'employeur potentiel, le jeune et, bien sûr, les assurances sociales qui évitent ainsi un surcroît de charge financière. Si nous parvenons ensemble, avec toutes les parties prenantes concernées, à mettre en œuvre les mesures définies dans l'étude, nous pourrons faire progresser l'intégration professionnelle initiale ces prochaines années. On devra ce résultat aussi et surtout au fait que nous aurons su mettre l'accent sur les formateurs et les stagiaires. Car en définitive, seul ce qu'ils jugent efficace est une garantie d'intégration initiale réussie et durable.

Quels sont vos projets pour 2019 ?
C'est tout d'abord un grand projet visant l'égalité au travail, que nous lançons en 2019 en collaboration avec le Bureau fédéral de l'égalité pour les personnes handicapées BFEH. Maintenir ou rétablir l'employabilité de personnes atteintes dans leur santé exige de la part des entreprises des conditions-cadres susceptibles d'écarter les obstacles ainsi que des connaissances pratiques favorables à l'environnement inclusif. L'importance de l'égalité au travail est encore trop peu reconnue dans de nombreuses entreprises, ou reconnue par des entreprises qui ne savent pas très bien comment s'y prendre sur ce terrain parce que les informations pratiques, les marches à suivre et les exemples utiles qui s'y rapportent restent rares aujourd'hui. Afin de mieux accompagner les employeurs dans ce domaine, nous souhaitons leur offrir sur notre site Internet, avec le soutien du BFEH, des informations plus ciblées et des outils éprouvés.
Un autre grand sujet, celui du Profil d'intégration axé sur les ressources (PIR), reste bien sûr à notre ordre du jour cette année. Nous sommes très heureux de constater que cet outil, à propos duquel nous recevons des commentaires encourageants de la part des employeurs en particulier, gagne en notoriété. Son caractère pratique d'instrument à bas seuil, simple mais efficace est confirmé. L'AI, notamment, a l'intention à l'avenir d'utiliser le PIR de manière ciblée. Les réflexions des assureurs d'indemnités journalières maladie vont également dans ce sens. Compasso voit aussi plus loin: au-delà du travail de relations publiques, il faut poursuivre le développement du PIR au service de l'intégration initiale ou de la réintégration professionnelle de personnes occupées ou sans emploi. Nous pourrons répondre ainsi au souhait de diverses institutions et mettrons du même coup en œuvre, à l'intention des jeunes, une mesure précisée dans l'étude citée ci-dessus.
Enfin, cette année encore, l'accent est mis sur la coordination entre les employeurs et les partenaires du système. Nous publierons à cet effet des "cartes synoptiques" du réseau, d'une lecture facile, ainsi qu'un guide. L'objectif est de montrer de manière transparente et d'un seul coup d'œil, dans le domaine de l'insertion professionnelle, des processus souvent difficiles à comprendre ainsi que les interfaces entre les partenaires du système et les employeurs. Ces aides pratiques pourront servir de fil conducteur à tous les participants.

Quels sont les objectifs de Compasso à moyen terme ?
Plus notre réseau accueillera de sponsors et de membres, plus nous pourrons réaliser de projets. Nous nous finançons exclusivement grâce aux cotisations de membres, aux contributions de sponsors et à celles, le cas échéant, de fondations et de projets. Nous voulons rendre notre site Internet plus convivial pour les PME, publier davantage d'exemples de réussite et renforcer notre présence en Suisse romande comme en Suisse italienne. Nous accordons une attention particulière aux PME parce que, contrairement aux grandes entreprises, elles ne disposent pas de leurs propres services dédiés pour les questions d'intégration professionnelle. Mieux nous pourrons les soutenir, plus leurs efforts seront couronnés de succès. Dès que le financement du projet sera assuré, nous nous emploierons à préciser, avec la participation des associations de branches, des associations régionales et de leurs membres, la manière dont nous pourrons répondre encore mieux aux attentes des PME à l'avenir.
Une étude pilote nous a révélé, par exemple, que de nombreuses PME confrontées à une situation difficile aimeraient beaucoup pouvoir tout simplement décrocher le téléphone pour obtenir un conseil. Le plus souvent, elles ont besoin d'un renseignement rapide sur la façon de procéder et attendent des recommandations judicieuses. Lorsqu'un employé est victime d'un accident ou tombe gravement malade, il leur est indispensable de savoir au plus vite comment réagir. On voit donc que nous avons du pain sur la planche. Pour nous, le défi consiste plutôt à utiliser au mieux nos ressources très limitées - un budget d'environ un demi-million de francs - afin de bien cibler nos efforts et d'atteindre les objectifs fixés de manière rationnelle. Notre succès repose ainsi très largement sur le travail de milice: nos sponsors et membres s'engagent non seulement financièrement, mais travaillent aussi gratuitement avec leurs meilleurs spécialistes dans les projets de Compasso. C'est uniquement grâce à cette forme de dévouement que nous avons pu réaliser autant de choses en si peu d'années.
(30.01.2019)
Transmettre